EN IMAGES : À LA RENCONTRE DES SOUFIS D’ESPAGNE

Il y a environ 1.200 soufis naqshbandi en Espagne. La plus grande communauté, constituée de 35 familles, vit à Orgiva, au cœur de la région de la Alpujarra grenadine. Un autre collectif naqshbandi vit à Villanueva De la Vera, à Cáceres. La majorité des membres sont des espagnols convertis à l’Islam qui ont opté pour l’une des branches les plus spirituelles : le soufisme.

 

Mariam Sakina Scott a 22 ans. Avec un père nord-américain et une mère catalane, elle fait partie des premières personnes d’Órgiva à naître au sein d’une famille convertie à l’Islam. « Il y a des gens qui me demandent si je fais partie d’une secte », nous confie-t-elle.

 

Luqman fait partie des soufis qui vivent à Órgiva. On peut l’apercevoir ici avec son bébé dans la salle de prière de sa maison.

 

Soixante-huit nationalités cohabitent à Órgiva, cette localité de la Alpujarra grenadine qui abrite la plus grande communauté naqshbandi d’Espagne.

 

Soufis d’Órgiva (Grenade) récoltant des olives. L’agriculture est l’un des secteurs qui a le plus de prestige dans la tradition soufie naqshbandi.

 

Qasim Barrio, 41 ans, originaire de Bilbao, lisant le Coran dans le café Baraka de Órgiva.

 

Muhammad Bahauddin (à droite) et son frère Abdul Salam consultent un livre de chants  avant une célébration (hadra) à Villanueva de la Vera (Cáceres).

 

Hawa Soto est originaire de Saragosse et a 41 ans. Elle est l’heureuse mère de neuf enfants.

 

Moment de recueillement dans la dergha de Villanueva de la Vera (Cáceres), lieu où se réunit la communauté soufie chaque jeudi pour le dhikr ou la récitation des Noms de Dieu.

 

L’émir, qui s’appelle Umar Margarit, est le dirigeant de la communauté soufie naqshbandi d’Espagne.

 

La calligraphie est l’art islamique par  excellence. Sur cette image, Ali, muni de son calame, écrit sous le regard attentif de son fils.

 

Un sens à la vie. Voilà ce qu’affirme avoir trouvé dans le soufisme Amín Fernández, ex-séminariste et ex-communiste.

 

Un groupe de soufis discute durant une vente de fruits et légumes dans la dergha de Villanueva de la Vera (Cáceres).

 

Publication originale : Fernando Sánchez Alonso, « Los musulmanes más espirituales », El País Semanal, 21 Janvier 2015.
Traduction par Yusuf Lopez.

 

One Reply to “EN IMAGES : À LA RENCONTRE DES SOUFIS D’ESPAGNE”

Comments are closed.